La plainte inachevée du condamné à mort.

L'innocence,près de lui,caresse sa main meurtrie.

Il détourne le regard vers une fine pluie

De lourdes et froides larmes coulent sur son maigre corps.

 

Demain,à l'aube moite,dans un dernier soupir

Il la regardera avec un blême sourire

Séchera ses joues creusées du désespoir 

D'une sentence honteuse proclamée au prétoire.

 

Inerte sur le sol poisseux,les yeux fermés 

Drapé d'un linceul pur d'où s'extirpe son âme.

Seul le silence profond embrasse la pureté 

De l'inconnu gisant sur une place de Paname.

 

On lui vole la vie à lui qui n'a rien fait

Au bourreau on donne un air bien satisfait

Un semblant de procès,juge! tu as décidé 

Qu'il sera coupable pour la postérité .

 

   31 octobre 2017