D’une main engourdie il écrit ses pensées 

Dès le petit matin au soleil filtré.

Sur la feuille vierge où il couche l’idéal 

Délie les mots mêlés sous un ciel bleu pâle.

 

La plume posée sur l’ébauche d’un roman.

Le regard perdu à l’imaginaire docile.

Pour embellir la lettre et la rendre gracile

Il sourit au souvenir des histoires d’antan.

 

Il est déjà tard et l’astre de nuit s’éveille 

Imprimant sur le livre des ombres d’opaline

L’écrivain endormi sur ses idées divines

La nuit lui apporte un délicieux sommeil.

 

Aux lueurs matinales ,les premières phrases s’étirent 

Invitant le lecteur à venir leur sourire.

D’une main dégourdie,il poursuit ses pensées

Dans des songes satin,restera éveillé.

 

 

         4 septembre 2018